Les victoires et résultats de l’Equipe de France à l’Euro de Foot

Si l’on compare l’Euro de foot (2 victoires en 1984 et 2000) aux 2 autres compétitions européennes: la Ligue des Champions (1 victoire en 1993) et la Ligue Europa (0 victoire), on peut dire que l’Euro réussit plutôt bien à l’Equipe de France. En 2016, pour la 3éme fois de son histoire, la France organisera cette compétition emblématique, la 3éme en notoriété après la Coupe du Monde et les JO. Essayons d’analyser les résultats des Bleus à l’Euro (de 1960 à nos jours) pour se projeter dans l’avenir.

.

En 1960, la France termine 4éme alors que l’URSS remporte le 1er trophée de l’Euro

Pour la première édition de l’Euro, en 1960, l’UEFA a réussi à réunir 17 nations pour les phases qualificatives. L’organisation est singulière dans la mesure où ces équipes se rencontrent par tours avec des matches aller-retour jusqu’en demi-finale. Les 4 demi-finalistes (parmi lesquels on trouve la France) décident alors entre eux du lieu des prochaines rencontres. C’est ainsi que la finale se joue à Paris, remportée par l’URSS au détriment de la Yougoslavie, battue après-prolongation sur le score de 2 à 1. Quant à l’équipe de France, elle termine 4éme, ayant perdue sa petite finale au profit de la Tchécoslovaquie, sur le score de 2 à 0.

Calme plat de 1964 à 1980 : l’Equipe de France n’arrive même pas à se qualifier !

Après cette 4éme place à l’Euro 1960, s’en suit un long passage à vide pour les Bleus avec 5 euros consécutifs (1964, 1968, 1972, 1976, 1980) sans une seule qualification.

En 1984, coup de tonnerre avec le 1er Euro remporté par l’EDF avec M. Platini

En 1984, pour la 2ème fois de son histoire, la France a été choisie par l’UEFA pour accueillir cette prestigieuse compétition européenne. L’EDF fait cette fois un parcours sans faute, menée par un buteur généreux: un certain Michel Platini, auteur de 8 buts avant de se présenter en finale face à l’Espagne. Au parc, toute la nation tricolore exulte de joie lorsque, en début de seconde période de cette finale d’anthologie, ce même Platini inscrit un coup-franc de légende, stoppé dans un 1er temps par le malheureux gardien espagnol, un certain Luis Arconada. Dans les arrêts de jeu, Bruno Bellone inscrira le 2eme but français, offrant à la France sa première Coupe Henri-Delaunay.

De 1988 à 1996, une remontée progressive des Bleus vers le dernier carré de l’Euro

Après l’euphorie de ce 1er trophée de 1984, l’EDF retombe en léthargie pour l’Euro 1988 ou les bleus ne passent même pas la phase des qualifications. Quatre ans plus tard, en 1992, ils arrivent à passer le 1er tour. Il faudra attendre l’euro 1996 pour retrouver enfin les Bleus dans le dernier carré. C’est l’époque bénie des coéquipiers à Zizou : Deschamps, Blanc, Barthez,.. et la montée en puissance des Bleus qui allait conduire à la victoire en Coupe du Monde 1998.

Mais pour l’euro 1996, la bande à Zizou trébuche en ½ finale contre les tchèques après une séance de tir aux but éprouvante : Zidane, Djorkaeff, Lizarazu, Guérin et Blanc marquent leur but, mais Pedros manque les filets : Résultats 5-6 au profit de la République tchèque, laquelle République tchèque sera battue en finale par l’Allemagne sur le score de 2-1 après prolongations.

En 2000, nouveau coup de tonnerre avec le 2ème Euro remporté par l’EDF grâce au but en or de Trezeguet.

Auréolés de leur titre de Champion du Monde 98, les Bleus abordent l’Euro 2000 sur un petit nuage. Les hommes à Didier Deschamps se retrouvent à Rotterdam pour disputer la finale contre l’Italie.

D’une volée à bout portant, peu avant l’heure de jeu, Delvecchio inscrivait le 1er but italien. Sylvain Wiltord rentrait alors sur le terrain et neutralisait le score (1-1) pendant les arrêts de jeu, envoyant les 2 équipes en prolongations. Après de nombreuses frayeurs de part et d’autre, c’est finalement Trezeguet qui, sur une passe de Pires, inscrivait le but en or, annonciateur d’un 2eme trophée Henri Delaunay pour l’équipe de France. Le capitaine Didier Deschamps pouvait exulter de joie en inscrivant son 1er euro (en tant que joueur) à son palmarès. Souhaitons-lui la même réussite en tant qu’entraineur !

De 2004 à 2012 les Bleus plafonnent en ¼ de finale de l’Euro

Après le doublé Coupe du Monde 1998 – Euro 2000, les Bleus se retrouvent à l’Euro 2004, en ¼ de finale contre la Grèce. Ils sont éliminés sur le score de (1-0) grâce à un but de Charistéas à la 65ème.

Eliminés dès le 1er tour à l’Euro 2008, on retrouve les Bleus en ¼ de finale à l’Euro 2012, encore meurtris par l’épisode de l’Afrique du Sud 2010, et opposés cette fois à l’Espagne. Le match est programmé au Donbass Arenade de Donetsk et voit un Alonso en pleine forme inscrire 2 buts, le premier à la 19éme et le second dans les arrêts de jeu sur penalty.

Ah cette Espagne, décidément rien ne l’arrêtait à cette époque ! Après avoir éliminé la France en ¼, elle devait en effet remporter cet Euro 2012 (son 3éme trophée), après une victoire à la Coupe du Monde 2010, elle-même précédée d’une victoire à l’Euro 2008.

Quelles perspectives à l’Euro 2016 pour les Bleus ?

Pour 2016, voilà la France à nouveau dans le rôle du pays organisateur. Cela lui a plutôt bien réussi en 1984 avec l’obtention de son 1er trophée Henri Delaunay !

Certes l’Allemagne, auréolée de son titre de Champion du Monde 2014 est favorite chez les bookmakers. Mais il ne faut pas négliger le dynamisme retrouvé d’une Equipe de France, entrainée par un ‘Dédé la gagne’, un coach qui a tout vécu et tout gagné en tant que joueur.

Nul doute que l’Equipe de France nous surprendra positivement à cet Euro 2016 ! Et au de-là du résultat footballistique (que nous attendons tous positif), c’est un état d’esprit retrouvé (celui de 1998 et de 2000 !) que nous attendons tous, parieurs et supporteurs réunis!

Vive l’Euro et vive les Bleus !